J’ai effectué un bilan de compétences pour appuyer ma demande de Congé Individuel de Formation. J’étais directrice conseil en agence de publicité depuis 15 ans et je voulais me réorienter. Le travail avec Catherine Perrut a largement dépassé mes espérances, je suis allée bien au-delà de ce que j’imaginais. J’ai valorisé mes compétences, je me suis affirmée professionnellement, ce dont j’avais vraiment besoin, j’ai trouvé ma voie et décroché un CIF. Je vais bientôt intégrer une grande école de commerce pour un Master Spécialisé et j’ai plein de nouveaux projets en tête
Valérie, 48 ans

   

J’ai toujours travaillé par obligation, sans jamais avoir su ce qu’il me plairait de faire professionnellement. Mon poste d’assistante de direction ne m’apportait que très peu de satisfaction. A 32 ans, j’ai pris conscience que le temps défilait et qu’il m’était impossible de rester plus longtemps dans cette situation. Je me sentais très amère. J’ai alors décidé de faire le point. Le bilan de compétences m’a énormément aidée. J’ai retrouvé de l’enthousiasme et la foi dans un projet professionnel, celui de devenir formatrice 
Mireille, 32 ans

   

Quand ma société a été restructurée, deux postes m’ont été proposés. Au lieu de me rassurer, cela m’a inquiétée. Je n’arrivais pas à faire un choix. Je ne voyais que ce que je perdais en renonçant à l’un des deux. Le bilan m’a aidée à bien cerner mes atouts, à comprendre ce dont j’avais envie et à voir plus clair dans mes priorités. Il m’a apporté des arguments cohérents pour expliquer ma décision à ma hiérarchie. Mon bilan avec Catherine Perrut m’a libérée, il m’a permis de prendre ma décision le cœur léger et de comprendre où je me situais professionnellement. 
Jeanne, 27 ans

   

En 8 ans d’expérience, j’avais fait le tour de mon métier de gestionnaire. Mais je ne savais pas ce que je pouvais faire si je quittais mon entreprise et j’avais très peur de me lancer. Pourtant, j’avais très envie d’un projet plus personnel. Le temps passé en bilan de compétences m’a permis d’avancer sans même m’en rendre compte. Je me suis prêtée au jeu sans me mettre la pression. Plusieurs pistes se sont présentées, j’ai fait le tri, comme dans un jeu, en fonction de ce qui me semblait le plus pertinent, le plus accessible et le plus réaliste. Après le bilan, ma décision s’est concrétisée. J’étais prête à quitter mon entreprise pour démarrer ma formation et mon projet dans le domaine de l’esthétique. J’avais accumulé de l’énergie et je me sentais sereine.
Corinne, 28 ans

   

Suite à un licenciement dans des conditions difficiles et conflictuelles avec la direction, je me suis décidé à faire un bilan. Au fil des séances, j’ai réalisé ce qui s’était joué. J’ai compris comment j’aurais pu rectifier mon comportement pour contourner plus aisément les obstacles et surtout, comment procéder désormais.
Libéré d’un poids, j’ai enfin réussi à me projeter dans l’avenir et à construire un projet plus en adéquation avec moi-même, mes besoins, et mes aspirations. Depuis, je me suis installé en activité libérale.
Jacques, 40 ans